Huile d’onagre vierge

août 19, 2011 6:42 | No Comments

FICHE D’INFORMATION

  • Nomenclature Dénomination CTFA : Evening Primrose Oil Dénomination
  • INCI : Oenothera Biennis
  • N° CAS : 90028-66-3
  • N°EINECS : 289-859-2

FICHE DE SECURITE

Lien vers la fiche de sécurité en PDF

UTILISATION INVIDUELLE

Cosmétique : Elle est utilisée pour son action contre la perte en eau des couches superficielles de l’épiderme. Traditionnellement, elle est utilisée comme anti-rides et régénératrice de la peau. Diététique En interne son application principale est le syndrome pre-menstruel. On peut lui préférer l’huile de bourrache qui contient deux fois plus de gamma.

GENERALITES

Histoire :

L’onagre (Oenethera) vient du Grec  »Oïnos » (vin) et  »Ther » (bête sauvage) L’onagre est née sur le continent d’Amérique du Nord. Les Indiens l’utilisaient pour ses vertus médicinales:

  • En application externe : cataplasmes pour soulager les blessures, les abcès, etc…
  • En infusion de racines pour calmer la toux.

Les Indiens se servaient également des racines comme nourriture. Une légende attribuait à cette plante la propriété d’apprivoiser les animaux sauvages si elle était préalablement infusée dans le vin : en effet, les chasseurs, en frottaient leurs chaussures, ce qui avait pour résultat de masquer leur odeur et ainsi, ils pouvaient plus facilement approcher les animaux. Ce n’est qu’au 18ème siècle que cette plante fait son apparition en Europe. En effet, les navires Européens lors de leur « retour au pays », complétaient souvent leur cargaison avec de la terre du sol américain de manière à ballaster les navires. Cette terre contenait des graines d’onagre qui ne tardaient pas à germer. Cette plante s’est donc développée à proximité des ports où étaient déchargés les tas de terre, puis s’est étendue de proche en proche à toute l’Europe. D’abord sur les talus et le long des voies ferrées, les fleurs devinrent ornementales. Plus tard, l’onagre fût exploitée pour ses vertus thérapeutiques. L’onagre est également appelée jambon de jardinier ou encore herbes aux ânes. En effet, c’est un botaniste Français qui baptisa ainsi la plante en raison de ses feuilles en forme d’oreilles d’âne.

Botanique :

La plante appelée communément Onagre appartient au genre oenothera de la famille des onagracées qui comprend plusieurs espèces. Elle pousse à l’état sauvage en France sur le littoral atlantique. La plante est velue, d’une hauteur comprise entre 50 cm et 1,5 m avec de grandes feuilles dentées. Ses fleurs de couleur jaune pâle s’épanouissent une journée seulement. Elles ont une odeur douce et contiennent de nombreuses graines. C’est une plante que l’on peut rencontrer à 1000 m d’altitude et plutôt dans les zones tempérées. L’onagre est cultivée pour ses graines, ses feuilles , ses fleurs et même ses racines charnues et rougeâtres ( comparé es souvent à des salsifis dont l’odeur est proche de celle du vin). Elle pousse naturellement sur les talus, les dunes de sable et les terrains vagues. L’onagre qui nous intéresse appartient à la section dénommée Oenothera qui est la plus représentée en Europe et particulièrement en France. C’est l’onagre caractérisée par sa fleur aux pétales jaunes, s’ouvrant le soir, d’où le nom de « evening primrose ».

Obtention de l’huile vierge :

Les capsules de la fleur renferment à maturité plusieurs centaines de graines brunes de très petite taille. C’est de ces graines desséchées qu’on extrait l’huile. Cette graine d’onagre comme celle de la bourache et le pépin de cassis contient de l’acide gamma-linolénique. La teneur en huile de la graine varie entre 12 et 30 % la teneur en acide gamma-linolénique de l’huile varie entre 4 et 12 % L’huile vierge d’onagre est obtenue par pression à froid puis filtrée.

COMPOSITION

Au cours de la maturation, les acides linoléique et gamma-linolénique augmentent dans les lipides totaux alors que l’acide oléique diminue. La biosynthèse de l’acide gamma-linolénique et alpha-linolénique commence très tôt : 3 semaines après la floraison. A ce stade, les taux de ces deux acides sont presque les mêmes. Mais, au fur et à mesure de la maturation, l’acide alpha-linolénique disparaît et l’acide gamma-linolénique s’accumule. En effet, ils sont formés par désaturation de l’acide linoléique par les delta-5 et delta-6 désaturases. Mais au cours de la maturation, l’activité de la delta-6 désaturase prédomine, ce qui engendre une augmentation de la synthèse de l’acide gamma-linoléique. Ainsi, on a cherché à améliorer la teneur en huile de la graine. Par exemple, les températures élevées agissent positivement sur la teneur en huile de la graine, ce qui se remarque particulièrement en granulométrie, où la graine fait en moyenne 0.5 g contre 0.4 g avec des températures plus basses. L’origine de l’influence favorable de plus hautes températures repose avant tout sur une « éclosion » de la graine meilleure et régulière . Les graines contiennent environ 15% de protéines inhabituellement riches en acides aminés soufrés, 24-25% d’huile et 43% de cellulose et de lignine, ainsi que des minéraux. Toutes les parties de l’Onagre contiennent également un abondant mucilage, des tanins et des sucres.

Acides Gras en % :

  • Acide palmitique C16:0 6.0
  • Acide Palmitoléique C16:1(n-7) 0.10
  • Acide stéarique C18:0 1.50
  • Acide oléique C18:1 (n-9) 11.50
  • Acide linoléique C18:2 70.60
  • Acide gamma linolénique C18:3 (n-6) 10.00
  • Acide arachidique C20 :0 0.30

Composition de la partie insaponifiable de l’huile d’onagre :

La fraction lipidique insaponifiable comprend des phytostérols et des triterpènes. Elle représente 1,5 à 2% de l’huile. Elle comprend 44% de stérols, 8% de 4-méthyl-stérols, 13% d’alcools triterpéniques et 35% d’hydrocarbures : alcools primaires et tocophérols.

Les stérols – Composition en % (valeur moyenne) :

  • Cholestérol 0.10
  • Campésteiol 9.10
  • Stigmastrol 0.10
  • ß Sitostérol 85.0

Les 4-méthylstérols – Composition en % (valeur moyenne) :

  • Obtusifoliol 0.88
  • Gramistérol 1.20
  • Citrostadiénol 3.84
  • Autres substances 2.08

Les alcools triterpéniques – Composition en % (valeur moyenne) :

  • Bêta-amyrine 1.56
  • c-arténol 2.08
  • Méthylène-c-arténol 0.65
  • Alpha-amyrine et autres substances 8.32

Les tocophérols :

On retrouve 76 micro-grammes d’alpha-tocophérol et 187 microgrammes de gamma-tocophérol par gramme d’huile d’onagre.

PROPRIETES

L’huile d’Onagre est très riche en acide linoléique C18:2 (72%) et est une des rares huiles à contenir l’acide gamma linolénique C18:3 (autour de 9 %. L’AGL est le précurseur de la synthèse des prostaglandines, qui sont des régulateurs des différentes fonctions cellulaires (types de messagers chimiques). En effet, l’AGL constitue une plaque tournante pour la synthèse des PGE 1 et PGE 2. Celles-ci permettent de réguler la tension artérielle, la vasodilatation, l’agrégabilité plaquettaire et l’inflammation. D’autre part, l’intérêt est que le métabolisme humain ne sait pas fabriquer l’acide gras insaturé C18:2, qui est dit essentiel. Il doit donc être présent dans l’alimentation ou dans les produits cosmétiques sous forme d’huiles végétales.

CARACTERISTIQUES

  • Aspect : liquide
  • Odeur: caractéristique
  • Couleur : jaune pâle
  • Densité (à 20°C) : 0.905-0.925
  • Indice de saponification : 175-196
  • Indice d’iode : 147-152

CONDITIONNEMENT

  • Stockage : dans des containers fermés à moins de 30°C.
  • Emballage : en fûts métalliques de 23 et 180 kg.

APPLICATION

Cosmétologie :

Cette huile présente un intérêt en cosmétique grâce à son pourcentage de AGL (Acide Gamma Linolénique):la haute teneur en acide linoléique permet de restructurer la membrane phospholipidique et d’assurer la fluidité membranaire. Elle est utilisée pour son action contre la perte en eau des couches superficielles de l’épiderme. Traditionnellement, elle est utilisée comme anti-rides et régénératrice de la peau. Son action anti-rides peut se controler après un mois d’applications régulières. Action curative pour les peaux sénescentes : L’application topique d’acides gras essentiels (AGE) ramène à la normale la perte d’eau transépidermique et améliore l’état de la peau carencée en A.G.E. On comprend alors l’utilisation de l’huile d’Onagre pour ce type de peaux.

Utilisation préventive :

La présence de l’huile d’Onagre dans la composition des produits cosmétiques, permet de retarder le processus et l’apparition de manifestations du vieillissement. Elle retarde également la déshydratation cutanée.

Dermatologie :

L’eczéma atopique (terrain particulier, génétiquement prédisposé): Cette affection fréquente en pédiatrie peut être traitée par l’huile d’Onagre par voie orale ou par voie topique (application sur la peau).

Homéopathie :

Plusieurs laboratoires pharmaceutiques proposent une teinture mère Oenothera biennis obtenue après récolte de plantes  » sauvages  » et mises en macération dans l’alcool pendant trois semaines minimum. A partir de cette teinture mère, par dilution ou imprégnation, sont préparées les différentes formes galéniques homéopathiques (les granules, les globules, les gouttes, les triturations, les ampoules buvables, les suppositoires, les pommades). Celles-ci sont utilisées contre la fatigue avec tremblements, les crampes musculaires, les étourdissements, les vertiges et l’entérite chez l’enfant.

Nutrition Intérêt dans la diététique du nourrisson :

L’huile d’Onagre peut avoir son importance dans la diététique des nourrissons. En effet, elle permet d’éviter le développement de troubles mentaux souvent observés chez les bébés carencés en acides gras essentiels.

Hypercholestérolémie :

Un apport en huile d’Onagre constitue un moyen efficace pour baisser le taux de cholestérol grâce à l’acide gamma-linolénique qu’elle contient. Mais il est évident que cette action doit s’accompagner d’une diminution de la consommation des graisses saturées si l’on veut obtenir des résultats satisfaisants.

Thrombose :

L’huile d’Onagre permet une diminution de l’agrégation des plaquettes et de leur adhésion aux parois des vaisseaux.

Utilisation dans les processus d’inflammation et d’immunologie :

Il a été prouvé qu’une supplémentation en huile d’Onagre a un rôle favorable chez les patients développant une maladie inflammatoire ou auto-immune.

Utilisation dans la sclérose en plaques :

L’huile d’Onagre est un élément important du traitement de la sclérose en plaques puisqu’elle contribue à la stabilisation de cette maladie chez les personnes qui en souffrent. On observe même quelques cas d’amélioration notable.

Utilisation contre le syndrome prémenstruel :

L’administration orale d’huile d’Onagre corrige le déficit en acide gamma-linolénique à la base des troubles caractéristiques de cette période. L’huile d’onagre est très riche en acides gras essentiels (AGE). Cette huile a une importante action de régulation du système hormonal. En interne son application principale est le syndrome pre-menstruel.

UTILISATION

  • Crèmes solaires
  • Crèmes pour peaux sèches
  • Crèmes anti-rides Gellules