Huile d’avocat vierge

août 17, 2011 1:13 | No Comments

FICHE D’INFORMATION

  • INCI : PERSEA GRATISSIMA
  • N°CAS : 8024-32-6
  • N°EINECS/ELINCS : 232-428-0

FICHE DE SECURITE

Lien vers la fiche de sécurité en PDF

UTILISATION COSMETIQUE

Très complète en vitamines A, B, C, D, E, H, K, PP, l’huile d’avocat agit contre le vieillissement. Sa teneur en insaponifiables tonifie, assouplit et restructure l’épiderme, stimule le cuir chevelu. Protectrice, elle répare les peaux sèches et très sèches. Voir le livre « Les bienfaits des huiles végétales » de Michel Pobeda aux Editions Marabout-Hachette pour une explication complète sur l’action des huiles en cosmétique, diététique et nutrition.

PROPRIETES

L’huile d’avocat est remarquable par sa teneur élevée en acide palmitoléique : 2 – 13 % selon les variétés ou les procédés d’extraction choisis. Par ailleurs cette huile appartient au groupe oléique. La teneur en insaponifiable est élevée : elle est fréquemment donnée entre 1 à 5 % jusqu’à 12 % pour des variétés équatoriennes ou israéliennes. Les stérols représentent 35 à 70 % de l’insaponifiable.

La fraction stérolique se compose essentiellement de B-sistostérol ( 60 à 92 %).

L’huile d’avocat est une huile épaisse, pénétrante, qui se laisse facilement absorber. Elle convient à tous types de peaux, aussi bien pour le visage que pour le corps.

CARACTERISTIQUES

  • Aspect : liquide
  • Odeur : caractéristique
  • Couleur : brune
  • Densité (à 20°C) : 0.910 – 0.923 Viscosité (20°C) :
  • Point de solidification : 7 – 9 °C
  • Indice de saponification : 177 – 198
  • Indice d’iode : 75-102

HISTOIRE ET CULTURE

Le mot « avocat » est une corruption de l’aztèque « ahua guatl » due aux Espagnols. Sa première mention date de 1519. En Guadeloupe, l’avocatier est le remède universel des femmes indigènes. Bourgeons et feuilles sont donnés lors de fièvres prolongées entraînant un dépérissement. Bien avant l’arrivée des conquistadores espagnols, les Amérindiens et Aztèques d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale employaient la chair du fruit de l’avocatier, mais dans des conditions particulières à leur système de pensée basée sur la distinction chaud/frais/froid. La pulpe d’avocat est considérée comme très froide et ses applications en pharmacopée mayas sont particulières.

En France l’avocat se classe parmi les aliments salés, alors qu’au Brésil il se mange en dessert avec du sucre et du citron ou encore du sucre, du Xérès et de la noix de cajou.

BOTANIQUE

Originaire d’Amérique Centrale, l’avocat (Persea gratissima) appartient à la famille des Lauracées. Sa culture s’est répandue dans toutes les régions tropicales ou subtropicales. On en connaît plus de 200 variétés. L’avocatier est un arbre de 5 à 15m de haut originaire d’Amérique tropicale. Cet arbre est très couramment cultivé. Plusieurs espèces sont commercialisées, notamment l’avocatier du Mexique et des Antilles.

Aux États-Unis, l’avocatier est principalement cultivé en Californie et en Floride. Son tronc est recouvert d’une écorce grisâtre et crevassée, sa cime est ample et touffue. Ses feuilles sont persistantes, simples, ovales, vert foncé brillant. La graine est un gros noyau brun.

On utilise le fruit et les feuilles.

FABRICATION DE L’HUILE D’AVOCAT

L’huile végétale d’avocat est extraite du fruit de l’avocatier. La pulpe ( 60 à 75 % du fruit) a une teneur remarquablement élevée en huile (5 à 30 % selon les variétés), l’amande d’avocat par contre contient peu d’huile (< 2%).

L’huile d’avocat selon sa qualité est utilisée dans l’alimentation, dans les industries pharmaceutique et cosmétique. L’extraction de l’huile d’avocat est délicate car elle se trouve sous la forme d’une très fine émulsion dans les cellules du fruit. Il existe deux types de procédés : l’un traite le fruit frais, l’autre le fruit séché. Le traitement du fruit coupé en lamelles séchées (80°C 24 à 48 h) est plus répandu pour des raisons économiques. Après déshydratation (humidité résiduelle : 5 à 9 %) la pulpe est pressée. L’huile brute obtenue, visqueuse est fortement colorée.

Obtention artisanale de l’huile :

L’extraction artisanale de l’huile d’avocat peut se pratiquer suivant deux méthodes.

Si vous disposez d’une petite presse hydraulique, il faut enlever la peau et le noyau de l’avocat et faire sécher la pulpe. L’idéal est de disposer d’un four vertical à air chaud pulsé à 70° pendant une demi-journée pour descendre à environ 15°. Suivant l’hygrométrie, avant pressage, il est bon de faire descendre l’humidité en dessous de 10°. En l’absence de four le séchage classique au soleil est plus délicat.

Si vous ne disposez pas de presse hydraulique, vous pouvez adopter la méthode artisanale villageoise au chaudron. De la même manière que ci-dessus découper en rondelles puis mettre en pâte directement. Faite bouillir de l’eau propre puis retirer une partie de l’eau chaude que vous conservez près des braises. Mélanger la pâte d’avocat dans le chaudron avec l’eau et mélangez constamment en ajoutant au fur et à mesure de l’eau jusqu’à obtenir une pâte très épaisse. Ecopez dès que l’huile apparaît ou incliner le chaudron.

COMPOSITION

Acides Gras en % :

  • Acide palmitique C16:0 7-32
  • Acide palmitoléique C16:1 2-13
  • Acide stéarique C18:0 Max 1.5
  • Acide oléique C18:1 36-80
  • Acide linoléique C18:2 6-18
  • Acide linolénique C18:3 Max 5
  • Acide arachidique C20:0 Max 1
  • Acide gadoléique C20 :1 Max 1

 

UTILISATION

Associer à de l’huile d’olive pour une protection solaire. Elle entre souvent dans la composition des crèmes antirides et des produits contre la peau sèche ou les vergetures. Enduire la chevelure d’huile d’avocat, laisser agir 10 à 12 heures puis laver les cheveux avec un shampooing doux.

PHOTO

L'avocat

Dessin de l’avocat